Tu m’en diras tant

3 Mar

Dans le monde merveilleux et sans pitié aucune des enfants, c’est parfois difficile de se faire entendre.

D’autant plus quand on parle une langue étrangère.

Jusqu’à présent j’avais eu l’occasion de bosser dans une structure où les enfants étaient bilingues oui enfin la plupart et chacun à son niveau mais quand même – issus de couples binationaux -, c’était même un de mes mon devoir de leur parler en Français, pour qu’ils s’en sortent dans leur langue maternelle/paternelle, malgré la vie à Berlin. Sympathique et honorable tâche, je trouvais.

Je n’ai pu continuer dans cette structure pour cause de désorganisation chaotique et non professionalisme extrême pas de mon côté heureusement, mais de celui du management. Je me suis donc retrouvée quelques mois plus tard dans une autre structure qui, même si elle se veut internationale, a pour le moment plus à faire avec des petits allemands (dont les parents ne parlent pour la plupart aucune langue étrangère mais souhaite qu’il en soit autrement et comme par magie pour leur progéniture). Mais je ne vais pas rentrer maintenant dans ce débat épineux…

Croyez-moi, même lorsqu’on parle allemand, on n’a pas toujours le bon mot, l’accent ou la répartie nécessaire pour stopper efficacement et immédiatement un enfant dans ces diverses actions destructrices.

Lorsque j’ai tenté d’expliquer à V. 4 ans, que j’attendais simplement qu’on me parle comme à un humain et non un chien sans lui dire qu’il y a trop de gens à mon gout qui parlent mieux à leur chien qu’à leurs concitoyens, il me répond:

Mais toi non plus tu ne parles pas comme un humain!

PAF, scotchée.  En un centième de seconde j’ai remis en cause tous les jours où j’ai discuté en classe pendant le cours d’Allemand, ces cinq dernières années où j’aurai pu encore plus apprendre, puis reconsidéré me remettre à l’italien et tirer un trait sur la langue de Goethe…Jusqu’à ce qu’il continue:

Tu parles comme…commeje transpire à grosses gouttes avant que la sentence enfantine ne tombe comme une Française!!

Là je n’ai pu retenir un éclat de rire accompagné d’un énorme soulagement par contre je me suis dit que j’avais suffisamment massacré mes phrases ce jour-là pour commencer à expliquer en allemand que les français sont aussi des humains et émerger sur un débat sur le racisme désolée mais croyez-moi ce n’est que partie remise

_________________________

Cette petite anecdote me donne une belle occasion d’ouvrir à nouveau une catégorie tombée dans l’oubli pour cause de chômage vacances prolongées: Les bons mots des minots.

8 Réponses to “Tu m’en diras tant”

  1. math mars 3, 2010 à 11:49 #

    haaaaahaha, c’est bon ca… ca va mieux ta crève?
    des bises

  2. Chantal mars 3, 2010 à 11:57 #

    J’attends avec impatience mon retour en France pour voir si les minots français de 4/5 ans sont aussi insolents que les minots allemands de Mitte…Car c’est sûr, ici ils n’ont pas leur langue dans la poche!

  3. JvH mars 3, 2010 à 1:07 #

    Ma pauvre, je compatis! En même temps c’est sûr que tu as là l’occasion rêvée pour faire de gros et rapides progrès en allemand!

  4. fabiennehb mars 3, 2010 à 2:29 #

    … et quand je pense que demain je dois aller lire un livre en français à une classe de petits Anglais à l’occasion du World Book Day… je sens que je vais m’amuser!
    Je découvre votre blog😉

  5. regardsailleurs mars 3, 2010 à 6:31 #

    La crève, ça va mieux mais c’est pas encore gagné!

    @Chantal, tiens moi au courant. Je ne suis pas sûre qu’il y ait une grande différence à vrai dire, mais qui sait
    @yep!
    @Bienvenue, et bon courage pour demain alors!

  6. Sophie mars 4, 2010 à 10:03 #

    Quelle occasion pour laisser un premier commentaire !
    Je compatis… Etant assistante de français dans une Grundschule, je sais ce que sais, et ce n’est pas toujours facile ! Surtout quand les enfants en question sont inscrits au cours d’initiation uniquement parce que leurs parents ont envie qu’ils fassent « un peu » de français !

  7. Sophie mars 4, 2010 à 10:06 #

    Nous allons passer outre le « je sais ce que sais »… Non seulement je ne parle pas bien allemand, mais j’arrive quand même à en perdre mon français… Ces gamins ont eu raison de mon orthographe !!!
    En bonus : « Le français, c’est bien trop compliqué. L’an prochain, au Gymnasium, je choisirai latin. » dixit Marcel, 11 ans. Merci Marcel.

  8. regardsailleurs mars 4, 2010 à 10:17 #

    @bonjour -plutôt bonsoir- Sophie et merci pour ton commentaire.
    Ton Marcel m’a bien fait rire aussi! Et je compatis pour le chaos des langues😉 je sais ce que c’est aussi malheureusement…!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :