Je lis, tu lis, nous lisons…

8 Avr

Ma quasi belle mère le mariage n’est pas pour moi mais les dénomitations sont pratiques, et je l’aime bien m’a prêté un livre, lors du week-end de Paques.

Le voilà.

Alors, depuis que j’ai dit au Berlinois que j’en avais un peu marre des bouquins Allemands qui finissent systématiquement par tourner autour de WWII merci les programmes d’études, c’est important on est d’accord, mais de la à réduire toute la littérature allemande à ça.., et qu’il l’a répété à sa mère, elle préfère m’offrir des livres pas trop sérieux merci l’image de la belle fille  française un peu benête quoi…mais pourquoi ai-je raconté ça un jour..

Du coup je me retrouve avec ce bouquin, qui m’a…énervé.

Bon, il y a quelques années, j’étais tombée sur le fameux « A year in the merde » de Stephen Clarke, qui, je dois dire, m’avait bien fait rire. Certes il aurait du s’arrêter au premier tome, car NON, ce n’est pas dans les vieux pots qu’on fait toujours les meilleurs soupes..mais c’est une autre histoire. En tout cas, l’humour, l’ironie et sa vision des choses, malgré tous les clichés connus abordés, avaient quelque choses de divertissant.

En revanche, j’ai trouvé cette version d’une parisienne à Berlin d’un plat complètement fou.

C’est difficile hein, d’écrire ce genre de bouquin sans tomber dans les grosses grosses grosses généralisations « les Français ci » « les Allemands là » à partir de sa propre expérience pas forcément représentative... Si en plus le je ne sais quoi, l’humour par exemple n’y est pas, il n’en sort pas grand chose à part de réguliers soupirs et « non mais n’importe quoi… » à la lecture…

C’est un peu dommage. J’y ai appris que toutes les françaises ont des porte-jarretelles, que la plupart des français ont une résidence secondaire ben tiens, que les allemands détestent qu’on leur coupe la parole ??!! et des tas d’autres choses passionnantes.

Finalement, on s’y reconnait parfois, parfois pas du tout, tout en espérant que les autres ne nous voient pas comme elle se décrit en pensant décrire La Française tout court.

L’auteure est correspondante française à Berlin pour le Monde, notamment dans le domaine de la politique. respect je dis mais je me dis aussi qu’essayer de se lancer dans complètement autre chose, comme l’écriture de ce livre, ce n’est pas toujours bénéfique.

Pour extrapoler un peu et pour ceux que ça intéresse, vous trouverez ici un petit reportage/inteview sur le travail de correspondant français à Berlin.

Et comme c’est la fête du slip je suis trop sympa aujourd’hui, encore un cadeau, un bouquin autrement plus intéressant qui amènera un peu d’eau au moulin de l’interculturel intelligent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :