De la folie humaine

17 Déc

Il y a six mois, une nouvelle petite fille de presque 3 ans – on va l’appeler E. –  fait son entrée dans notre Kita.

On nous explique patiemment qu’il faut faire trèèès attention à elle parce que les autres on n’y fait pas du tout attention évidemment car elle a la particularité d’être allergique à … presque tout. Elle nous est donc livrée avec mode d’emploi – une liste que n’en finit plus d’aliments interdits plus divers et étranges les uns que les autres – On lui attribue un casier que ses parents emplissent d’une caisse hermétique avec non seulement les vêtements de rechange habituels mais aussi l’équivalent d’une chambre aseptisée de Michael Jackson nurserie high tech pour 10 enfants, dont ses propres lingettes, son propre savon, ses propres mouchoirs en papiers que sais-je encore, avec ordre de n’utiliser que ces accessoires là -tous étiquetés de son nom et emballés individuellement dans des tuperwares de formes adaptés – et aucun autres sous peine de catastrophe interplanétaire.

Soit.

On essaye d’oublier un peu les parents, on apprend à connaître E., une chouette petite fille qui rit, qui joue et crie pas mal sur les autres exactement comme sa mère lui crie dessus, une enfant positivement normale, à priori.

On cuisine tous les jours quelque chose de spécial pour elle, on lui propose tout les jours un déjeuner, un repas et un gouter « sans risque ». On fait attention à ce qu’elle utilise son savon et tout son attirail. Tout va bien. Elle a aussi une peur hystérique des chiens, tiens.

Au fil du temps et des très petites et rares erreurs de parcours – lorsque E. craque et pique en cachette un tartine de confiture interdit ou un muffin d’anniversaire au chocolat interdits sur l’assiette de xy et en croque un morceau par exemple – on devient blême et on scrute la moindre réaction épidermique, on a peur qu’elle se mette à gonfler, rougir, s’étouffer, on imagine le pire…

Rien ne se passe. Ouf

Au fil du temps on réalise qu’en réalité, E. n’a encore jamais été testée contre aucune allergie mais que sa mère se dit allergique à tout et est persuadée, contre toute logique et raison, que sa fille aussi.

Au fil du temps on demande à la maman: Quand sera-t-elle testée? On nous répond toujours dans quelques semaines. Cela n’arrive jamais.

(…)

Au fil du temps on comprend qu’E. n’a pas vraiment peur des chiens, mais de la réaction de sa mère qui, quand E. est effleurée par un chien, devient hystérique, la déshabille entièrement sur le palier de l’appartement et brule désinfecte les vêtements.

Au fil du temps on s’aperçoit qu’E. n’a pas le droit d’aller à la piscine, ni de participer à l’éducation dentaire avec les autres parce que sa mère, agressive quand on lui demande pourquoi, nous répond qu’il y a des choses que seule sa propre mère doit faire avec sa fille. E. n’a pas le droit d’aller au théâtre pour enfant  parce qu’on s’y assoit parterre, n’a pas le droit de participer au défilé des lanternes parce qu’elle va sûrement s’enflammer et mourir, n’a pas le droit d’aller avec nous à Legol*nd, parce qu’il y a des risques d’attentats, n’a pas le droit de jouer à ramper parterre dans la Kita avec les autres enfants parce que c’est sale, et n’a pas le droit de faire quoi que se soit avec notre stagiaire de 18 ans (garçon) car il pourrait la violer…

(…)

A chaque écart/oubli d’E, qui je rappelle a donc maintenant 3 ans 1/2, ses parents s’en prennent à elle en criant et en lui reprochant tous les desseins diaboliques du monde, pretextant face à nous qu’ils ont simplement peur pour elle. Ma citation préférée de sa mère – devant E. a qui j’avais donné un nouveau gobelet que la mère ne connaissait pas, et uniquement rempli d’eau –  « P. cette gamine elle boufferait de la merde si c’était dans un gobelet rose » a.u. s.e.c.o.u.r.

Un détail…Je m’aperçois aussi qu’E. a pour habitude de se laver automatiquement les mains exactement comme un vrai chirurgien rare s’il en est chez les enfants

(…)

Alors qu’on n’y croyait plus, E. a récemment passé 1 semaine à l’hopital pour être enfin testée contre diverses allergies. Et ce à quoi on s’attendait vraiment sans pouvoir y croire en espérant nous tromper:

E. n’est allergique a absolument RIEN.

Cela fait donc 3 ans et demi que ses parents remuent ciel et terre, impliquant ainsi tout le personnel pédagogique concerné inutile de dire qu’E  a changé plusieurs fois de Kita car ce n’était jamais assez bien pour sa mère à participer à un conditionnent malsain qui n’a absolument pas lieu d’être. Le personnel éducatif fait, à la base, confiance aux parents et souhaite travailler avec eux pour le bien de l’enfant…

et le père? vous me demandez. Oui il est présent. Très même. Et joue exactement le même jeu que sa compagne. Hélas.

Alors je ne sais pas.

Je ne sais pas ce qu’il est arrivé à cette mère pour avoir tant de nevroses entre 2 crises d’hystérie, elle pense quand même entamer une thérapie, tout n’est peut-être pas perdu je ne sais pas ce qui est arrivé au père pour rentrer à 100% dans le jeu de sa femme et rajouter une couche de paranoïa hygienique extrême. Mais E. a deux parents instables qui ont de grandes facilités à produire une enfant, qui à 3 ans 1/2, est bien partie pour avoir leurs nevroses.

Que faire? Rien. Ou pas grand chose. Nous avons le droit d’observer mais pas de tirer des conséquences.

Je souhaite – en désespoir de cause – à E. pour Noël un repas de fête ainsi que tous ceux qui suivront où elle n’aura plus à demander automatiquement à chaque aliment « et ça? j’ai le droit d’en manger? » pour s’entendre dire « non mais ça na va pas! »

Et je souhaite sincèrement que ses parents fassent quelque chose pour eux, impérativement, avant de ne détruire encore plus sa petite personne.

13 Réponses to “De la folie humaine”

  1. JvH décembre 17, 2010 à 11:14 #

    C’est le genre de situation qui me donne envie de pleurer, on peut tellement peu pour aider cette petite fille.😦

  2. Chantal décembre 17, 2010 à 2:40 #

    Heureusement qu’elle a la Kita…Il va lui falloir beaucoup de chances pour s’en sortir la pauvre!

  3. Lolo from Berlin ! décembre 17, 2010 à 5:24 #

    Hello !

    Un petit coucou pour cet article que j’aime vraiment beaucoup. C’est tellement vrai… on nourrit nos enfants de nos psychoses.. mais là quand même !!!

    Grandiose.. beaucoup d’humour. Bravo.

    J’espère que ta vie à Berlin se passe toujours bien.

    A+

    Laurent (que tu as vu cet été à Berlin)

  4. JUe JUe décembre 18, 2010 à 1:10 #

    oulalala Piiinaise!
    C’est du lourd! Ca me fait penser à ce syndrome de Munchausen, qui pourrait, qd elle aura l’age de penser par elle meme et de répondre, peut etre finir par le devenir.
    Rien faire je ne sais pas…parce qu’attendre est ce vraiment mieux? Après c’est tjrs plus facile à dire qu’à faire…mais le plus facile, n’est pas tjrs le meilleur…
    Bon courage!
    Et Byz🙂

  5. alain roux décembre 18, 2010 à 1:50 #

    bon, les boîtes de Tuperware, la maman va pouvoir les revendre sans problème sur un marché aux puces (ah non ! pas les puces…)

  6. MademoiselleK décembre 18, 2010 à 3:11 #

    @JvH:pareil..

    @Chantal: Oui, et c’est ce qui me donne de l’espoir car on l’entoure et elle est assez rigolote et joueuse avec nous (et devient un monstre d’hystérie dès que sa mère entre dans la pièce). Récemment (c’est juste une anecdote) la petite est venue tout droit embrasser ma collègue sur la bouche (plutôt normal entre enfants et parents ici) en lui disant qu’elle le faisait avec elle car elle n’a pas le droit de le faire avec sa maman qui pourrait faire une réaction allergique si elle a mangé quelque chose qu’il ne fallait pas..ça va loin.

    @Lolo: bonjour toi, et merci pour les compliments.Même si à vrai dire j’ai du me relire pour retrouver les passages où je fais preuve d’humour😉 parce qu’à la base, cette histoire m’attriste vraiment. à part ça tout va pour le mieux ici.

    @JueJue: Plaisir de te lire ici! Je pense que c’est sa mère qui en est victime, ou de quelque chose de similaire. Avec un peu de chance E. y échapera. Quand je dis qu’on ne peut rien faire, c’est qu’on ne peut pas s’adresser à la DASS par ex, elle n’est pas « maltraitée ». On ne peut pas non plus forcer la mère à faire une thérapie, nous ne sommes pas médecins etc…On ne peux que s’occuper du mieux possible d’E. quand elle est avec nous et c’est ce que l’on fait depuis le début.

    @Alain: héhé😉

  7. JUe JUe décembre 18, 2010 à 6:17 #

    C’est bien de la maman dont je parlais, et c’est du coup « par procuration » qu’il manquait…
    J’imagine bien qu’on ne peut forcer personne à faire une thérapie…mais elle doit bien avoir quelques moments de lucidité…comme entre 2 crises d’hystérie! N’est il vraiment pas possible de connaitre un de leurs meilleurs amis, ou famille pour leur dire qu’elle a peut etre ce syndrome? ou contacter une association qui travaille avec ses personnes, et leur demander conseil? peut etre de maniere anonyme, ou non… mais comme je dis c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais parfois l’action dans ce cas même intrusive, est salvatrice..mais tu t’en rends bien compte, je sais!😉
    Je viens tt le temps, lire tes articles! dès qu’il y en a de nouveaux…histoire d’etre un peu plus près de toi, même très loin! bien qu’on se soit rapprochées avec la ligne aérienne réouverte!
    Byz

  8. Hugo décembre 23, 2010 à 12:29 #

    Bonjour,
    je viens tt juste de découvrir ton blog grâce à celui de Caroline (Berlin Berlin). Je le trouve très sympa et y reviendrai!
    Toutefois, je me permets d’écrire un commentaire pour m’adresser à Caroline. SOn blog est mnt fermé et on ne peut plus lui laisser de commentaires… (c’est la dure loi des blogs!) je me dis que vous vous connaissez pt être ou alors qu’elle aura pt être l’idée de passer par ici.
    j’aimerais donc lui dire que je trouve sa décision très triste. qu’elle était un soutien quand par -20°C, elle nous faisait rire ac ses articles. j’imagine que son choix est motivé par des raisons valables. mais j’aurais aimé continuer à la lire. voilà, je suis désolé d’avoir pollué ton mur. à bientôt. tu as un nouveau lecteur!

  9. MademoiselleK décembre 23, 2010 à 2:39 #

    Bonjour Hugo et bienvenu.
    Je pense que le choix d’arreter un blog est toujours motivé par des raisons valables! même si je suis sûre que tu ne seras pas le seul à regreter ses notes.

    D’un autre côté, lorsqu’un blogueur bloque volontairement les commentaires de son propre article, c’est aussi un choix motivé et c’est qu’il ne veut pas en recevoir😉

  10. Jean-Michel décembre 29, 2010 à 2:57 #

    Ah bah ça alors, quelle histoire !!! Il y a vraiment des gens tarés, bon ce n’est pas une nouveauté, mais c’est toujours affligeant de voir des enfants trinquer. La lueur d’espoir dans cette histoire c’est que la petite E. est confiée à des gens normaux à la Kita plusieurs heures par jour, et est donc soustraite aux névroses des parents pendant tout ce temps. Heureusement pour elle !

  11. Manon mars 8, 2011 à 10:34 #

    Eh bien alors Mademoiselle K où es-tu?

  12. MademoiselleK mars 10, 2011 à 2:00 #

    Toujours là! même si ca ne se voit pas…
    J’ère entre plusieurs vies et une grande aventure humaine. J’espère me manifester à nouveau un jour quand même.

    Merci de passer encore par là!

  13. Pastelle mars 15, 2011 à 1:00 #

    Je ne sais même plus comment je suis arrivée mais cette histoire me donne la chair de poule.
    La transmission de nos propres névroses, c’est terrible.
    Et à part ça j’adore la manière dont l’histoire est racontée. Je suis aussi du genre à penser que l’humour peut nous aider à supporter tout ça.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :