Archive | les qu’ont pas de catégorie RSS feed for this section

3ème degré

10 Déc

Photo©MademoiselleK

Hier matin je me suis levée au milieu de la nuit à 7h. Il faisait -4 pas dans l’appart on est d’accord, mais pas loin Je saute dans la douche avant de partir en cours.
L’eau qui coule est et reste désespérément froide, voire glacée, pourquoi je ne sais pas.
Je renonce à la douche en bonne française et à laver mes cheveux vraiment dégueux, par la même occasion je me démolis heurte le genoux sur le lavabo on a une salle de bain berlinois ou pas en sautillant sur un pied et tenant mon genoux dans mes mains j’essaye de reprendre mes esprits et me dire que tout ira bien – je dois être en cours 30 minutes après…
Habillée et micro déjeuné je me jette dans le métro, marche sous la neige qui fouette mon visage pour arriver enfin à ma chaise de classe pour apprendre que notre première prof est absente et que donc, notre second cours commence à… 10h.

Du coup, avec quelques personnes on se décide à fuir aller boire un café ensemble et gott sei dank éviter de devoir supporter Madame fan du chat japonais crétin à 37 ans en free speech pendant 1h30. Je repense nostalgique à la sandwicherie en face du lycée, qui accompagnait nos errances au son de casse-toi tu pues à la guitare live par Céline de 1èreL, on buvait nos espressos sans portable ni notebook, le bon vieux temp quoi et regardait Beau Gosse jouer au flipper non je n’ai pas 50 ans, et pourtant en ricanant bêtement et en parlant de tout et de rien mais surtout de rien d’ailleurs.

L’ambiance est moins fun finalement, excepté que l’on parle encore de parents relous qui n’ont rien compris à la vie… même s’il ne s’agit plus des nôtres.

Prise d’un élan de sociabilité ça m’apprendra tiens je conte mes micros malheurs du matin histoire de (comme je n’ai pas un blog pour me plaindre mon introduction de billet est donc sensée mener quelque part!) et là, une camarade de classe enchaîne directement sur la liste de ses péripéties « Je me suis levée à 5h pour finir notre devoir de psycho, à 6h, je me suis aperçu que j’avais oublié de réveiller enfant N°2 pour l’école, à 7h on était prêt, je saute dans le métro et m’aperçois que j’ai oublié de laisser la carte de sécu pour la visite chez le doc d’enfant n°1, je dois revenir à la maison, j’ai oublié de manger, je ne sais plus si j’ai eu le temps d’entrevoir la salle de bain, mais je suis arrivée à l’heure en cours... »

Le truc, c’est que jusqu’à maintenant, je ne sais pas si elle voulait me dire par là que mon petit matin n’était pas si terrible – ce que je confirme sans aucun problème surtout qu’au pseudo concours du c’est moi qui est une journée plus merdique, je n’ai absolument, jamais voulu gagner- ou si c’était juste de l’humour, cynique peut-être, mais de l’humour.

Parfois j’aime simplement rester dans une bulle de compréhension interculturelle un peu floue et nébuleuse.

Publicités

A un jour près

28 Oct

Hola les gens!

alors qu’est ce qu’il se passe t-y donc du côté de ma vie?

Elle est bien remplie, j’ai envie de dire. Je l’ai déjà dit? ah bon.

En réalité, comme pour toute personne qui (re)travaille, étudie tout en essayant de conserver une vie sociale (en commençant par l’acte libérateur de réduire le nombre des ses amis Facebouc de 100 à 19, c’est peut-être paradoxal mais p. qu’est ce que ça fait du bien), suivre des cours de danse et prendre soin de son foyer et de ses habitants oui on est que 2, et alors?!, l’addition est facile: le temps manque et le blog meurt…

En passant, autant dire que je suis en admiration totale devant certains de mes camarades de classes qui partagent mon destin en ayant EN PLUS 4 enfants à la maison.
Des conquérants, ils sont.

Berlin devient donc mon cadre de vie et non plus ma vie elle même. Elle – j’ai toujours trouvé ça bizarre de parler des villes au féminin – continue à me bercer, me voir évoluer et c’est tout aussi chouette même si mégalo, parce que Berlin s’en fout bien hein oh.

Niveau formation, je suis souvent un peu perplexe, pas au niveau du contenu somme  toute très intéressant – mais surtout devant mes susnommés camarades de classe.

Je reste perplexe devant une fille de 37 ans, fan du chat crétin japonnais ne pas tirer de conclusion hative et qui se ramène chaque fois en cours avec quoique ce soit de comestible à l’effigie du crétin chat. Je reste perplexe devant celle qui agite son non moins crétin Ip#one en demandant à toute la classe si on veut sentir sa nouvelle housse de protection qui sent la fraise.

Perplexe je suis et il y a des chances que je le reste.*

Je ne sais/veux pas me forcer à rire ou trouver des choses trop cool super lol quand je les trouve débiles.

Voilà.

Je réussis donc ici aussi peut-être à contribuer au cliché de Française arrogante que je semble véhiculer malgré moi si si, mais, que dire? c’est comme ça.

Ên même temps,  je me dis que quand on a survécu à présenter ça en toute seule en cours devant 24 adultes alors qu’on a une base plutôt phobique de la présentation en public, je me dis que la prétendue arrogance a du en prendre un coup du moins j’espère.


__________________________________
PSssst:
*Il y a des gens très sympas normaux aussi. Heureusement.

Tu as voulu voir Hambourg…

29 Juil

 

 

Oui, enfin je voulais surtout voir le Berlinois délocalisé là-bas contre son gré plutôt qu’Hambourg mais je me disais que c’était une bonne occasion de nous redonner une chance, à Hambourg et moi.

Quelque chose me chagrine pourtant. Je n’aime pas les gens qui se plaignent tout le temps qui vont quelque part et clament bien haut, j’aime pas, c’est nul ou ça vaut pas le coup. Parce que je suis d’avis qu’il y a toujours du positif à trouver et que découvrir ailleurs ne peut pas être résumé par ça vaut pas le coup.

Grand bien m’en fasse.

N’empêche que oui, il y a du positif à Hambourg heureusement, surtout sous le soleil. Mais sinon…

En fin de compte , cette ville me laisse…froide.

Je ne comprends pas tous ces gens qui adoooore mais je voudrais comprendre.
Je ne comprends pas non ceux qui se disent amoureux de la mer et de l’eau et donc d’Hambourg.

La mer à Hambourg, il n’y en a pas. Il y a des lacs artificiels et il y a Le fameux port, sur l’Elbe qui se jette, elle, dans la mer à…110km, avec ses milliers de grues et ses containers. Il parait qu’il faut avoir un certain romantisme industriel dans le sang.

Forcément.

Ou sinon il faut aimer le shopping – Bof – l’ambiance trash Reeperbahn – über bof.
Certains coins sont assez sympa, c’est vrai. Le problème c’est qu’ils font en général 2,3 rues et une fois la frontière imaginaire dépassée, on tombe vite dans le Rien.
Sans compter que les quartiers recommandés par les Hambourgeois parce qu’ils sont tranquilles et alternatifs ressemblent comme deux gouttes d’eau à…la bonne vieille capitale.

 Why bother, j’ai envie de dire?

Il parait qu’il y a les fans de Berlin et les fans d’Hambourg. De mon côté ça n’a pas été un dilemme sans fin va-t-on dire. 

Hambourg rejoint donc Genève sur la liste des 2 villes au monde où je ne voudrais pas vivre du tout. dur tout de même pour Hambourg qui le mérite bien moins que Genève…

Dommage.

Allez

30 Juin

Un peu d’humour allemand la preuve que ça existe! en ce milieu de semaine.

Attention c’est subtil.

HS

25 Juin

Jeudi

÷

Journée de boulot

+

3h de réunion « parents »

+

concert/bamboula jusqu’à 4h du mat

+

re journée de boulot

=

Bon week end!

%d blogueurs aiment cette page :