Tag Archives: clichés allemands

De l’importance de la taille

12 Avr

Samedi soir j’étais à nouveau  pour un concert plutôt sympa.

C’était d’autant plus réjouissant sans 50cm de neige et -10 degrés sous les premiers bourgeons et les loupiotes façon fêtes de village, de pouvoir traîner un peu dans la cour.

J’aime bien l’Astra. Une cour champêtre, une première grande salle bar/canap’, couleurs et meubles années 70 et une salle de concert. La dernière fois remplie de chaises, cette fois vide pour accueillir les 1800 personnes venues assister au double concert funky-soul qui dépotait.

Le hic: Je n’ai rien vu. Je veux dire, je n’ai rien vu du tout.

Bon à part la 1ère partie car pas mal de gens en profitaient encore dehors en attendant la 2ème partie. Mais j’ai eu le malheur toutes proportions gardées de m’éterniser un peu pendant la pause, si bien que je n’ai pas pu rejoindre un coin stratégique pour assister à la deuxième partie.

Forcément, quand on à l’habitude de traînailler dans des soirées ou concerts latinos, on oublie assez vite l’importance de la taille lorsqu’on se trouve entourée de bien trop grands Allemands et Allemandes…

Je ne suis pas très grande, mais pas si petite que ça non plus, et je ne pousse pas le vice à porter des hauts talons en concert suis pas maso mais force est de constater que j’étais en dessous de la moyenne ce coup-ci.
Conséquence: j’ai pu admirer pas mal de dos et d’épaules certes sur un fond sonore imposant le respect, mais bon…je suis un peu restée sur ma faim…

(…)

Note to self (and everyone): Pour éviter la frustration, penser à temps à s’assurer une place digne de ce nom.

Publicités

Je lis, tu lis, nous lisons…

8 Avr

Ma quasi belle mère le mariage n’est pas pour moi mais les dénomitations sont pratiques, et je l’aime bien m’a prêté un livre, lors du week-end de Paques.

Le voilà.

Alors, depuis que j’ai dit au Berlinois que j’en avais un peu marre des bouquins Allemands qui finissent systématiquement par tourner autour de WWII merci les programmes d’études, c’est important on est d’accord, mais de la à réduire toute la littérature allemande à ça.., et qu’il l’a répété à sa mère, elle préfère m’offrir des livres pas trop sérieux merci l’image de la belle fille  française un peu benête quoi…mais pourquoi ai-je raconté ça un jour..

Du coup je me retrouve avec ce bouquin, qui m’a…énervé.

Bon, il y a quelques années, j’étais tombée sur le fameux « A year in the merde » de Stephen Clarke, qui, je dois dire, m’avait bien fait rire. Certes il aurait du s’arrêter au premier tome, car NON, ce n’est pas dans les vieux pots qu’on fait toujours les meilleurs soupes..mais c’est une autre histoire. En tout cas, l’humour, l’ironie et sa vision des choses, malgré tous les clichés connus abordés, avaient quelque choses de divertissant.

En revanche, j’ai trouvé cette version d’une parisienne à Berlin d’un plat complètement fou.

C’est difficile hein, d’écrire ce genre de bouquin sans tomber dans les grosses grosses grosses généralisations « les Français ci » « les Allemands là » à partir de sa propre expérience pas forcément représentative... Si en plus le je ne sais quoi, l’humour par exemple n’y est pas, il n’en sort pas grand chose à part de réguliers soupirs et « non mais n’importe quoi… » à la lecture…

C’est un peu dommage. J’y ai appris que toutes les françaises ont des porte-jarretelles, que la plupart des français ont une résidence secondaire ben tiens, que les allemands détestent qu’on leur coupe la parole ??!! et des tas d’autres choses passionnantes.

Finalement, on s’y reconnait parfois, parfois pas du tout, tout en espérant que les autres ne nous voient pas comme elle se décrit en pensant décrire La Française tout court.

L’auteure est correspondante française à Berlin pour le Monde, notamment dans le domaine de la politique. respect je dis mais je me dis aussi qu’essayer de se lancer dans complètement autre chose, comme l’écriture de ce livre, ce n’est pas toujours bénéfique.

Pour extrapoler un peu et pour ceux que ça intéresse, vous trouverez ici un petit reportage/inteview sur le travail de correspondant français à Berlin.

Et comme c’est la fête du slip je suis trop sympa aujourd’hui, encore un cadeau, un bouquin autrement plus intéressant qui amènera un peu d’eau au moulin de l’interculturel intelligent.

La valse des clichés ou l’entente franco-allemande

22 Fév

En passant chez Caroline où l’on peut visionner 2 exemples de pubs/bandes annonces illustrant notre combat quotidien les clichés auquels les Français ont à faire en Allemagne selon les méchants marketeers en tout cas

En voici une autre:

Un mélange subtil à souhait de:

 l’Allemand et la bière + la Française et le cul

Tahdah!

avec accent qui tue, fautes de grammaires et tête coupée de la Française à moitié à poils  féministes en colère je crie votre nom et notre ami l’Allemand romantique, visible – vêtu et visage à découvert – qui sourit bêtement à la vision et au souvenir de la bière qu’il a versé dans le nombril de sa grenouille en guise de préliminaires…mmmm

Que déduire, que déduire….

 

%d blogueurs aiment cette page :