Tag Archives: films

L’habit ne fait pas (toujours) le moine

16 Fév

Dans l’engin de destruction écologique massive qui m’a emmené de l’autre côté de l’océan il y a peu, j’ai eu l’occasion de voir entre une indigestion de The office -excellent- et quelques autres conneries plutôt drôles 2 films dont les affiches sont plutôt carrément rédhibitoires effrayantes d’américanisme marshmallow de base, jugez vous-même faut arrêter le pastel, je suis d’avis:

Et bien, comme vous l’avez surement deviné grâce à mon spoiler de titre… , aussi différents et peu prometteurs soient-ils, je les ai trouvé ma foi très sympatiques.

The Invention of Lying, plutôt bien tourné, dans un monde ou tout le monde est honnête et se croit sur parole jusqu’à ce qu’un quidam se rende compte qu’il peut mentir…pour se retrouver notamment à inventer approximativement la religion en notant des préceptes relatifs sur des cartons de pizzas assez couillu pour l’Amérique puritaine quand même…

et

Good Hair qui s’avère être un documentaire – plutôt qu’un film- sur les afro-américaines et leur relation avec leurs cheveux ben si j’vous jure. Si vous supportez la voix de Chris Rock, vous allez en apprendre des tonnes en tout cas c’est ce qui m’est arrivé. Tout ça avant de mettre les pieds dans Ze melting pot city, autant vous dire que je n’ai plus regardé les cheveux de ces dames de la même façon…

___________

Bon, ça ne change pas le monde, on est d’accord, mais ça fait du bien d’être étonné et entertainé de nos jours d’hiver on ne peut plus moche.

Comment ça? Quel est le rapport avec la choucroute berlinoise?

Aucun.

Une autre question?

____________________________________
PSsst:
Les bandes annonces/extraits sont en lien si vous cliquez sur les affiches. C’est juste magique.

Publicités

Le billet de la fin

31 Déc

On y est. Les feux d’artifices improvisés raisonnent déjà dans les rues, un peu étouffés par la neige qui a bien recouvert la ville…

Un plan élaboré hier dans les moindres détails en 3 min. Un repas tranquille qui a bien failli tomber à l’eau et se transformer en pizza surgelée pour 4 pour cause de fermeture des halles à 14h quand on se pointe à 13h45 c’est sport.

2009, c’est vraiment déjà terminé?

Aucune résolution mais quel bilan…

Niveau mondialesque:
Un petit feu d’artifices  pour l’occasion symbole parmi tant d’autres hautement déprimant de l’absurdité et l’hérésie totale du monde dans lequel on vit politique, écologie, humain you name it et de la décenie passée et à venir si rien ne change et c’est mal parti.
S’il vous arrive de vomir sans réelle cause en cette saint Sylvestre, en voici une ne me remerciez pas c’est de bon cœur

Niveau nombrilesque:
pour faire dans le moins glauque on va dire…5 ans révolus et heureux à Berlin – Plus de job inutile et  dénué de sens bon plus de job tout court mais plus pour longtemps – une voie trouvée, à presque 30 piges c’est pas si mal non? – un grand projet de ceux qui changent vraiment la vie – un voyage magnifique à Cuba – 2 virées en France – Des tonnes de photos – des tonnes de films – un peu moins de bouquins dommage – une télé et pas mal d’autres choses inutiles supprimées dont un compte twitter tiens…que sais-je encore…

Finalement, si je ne regarde que mon propre nombril, 2010 s’annonce comme 2009 s’est déroulée, plutôt pas mal…et je vous en souhaite au moins autant!

Avoir sans être

10 Nov

Ces derniers jours, j’ai vu deux films modasses, choses étrange étant donné pour résumer que j’ai su comment on prononce Maje il y a quelques jours, que je ne savais pas ce que signifiait Jimmy Choo avant qu’on me colle toutes ses affiches de pompes imsuppportables en pleine gueule figure et que si un inconscient venait à m’offrir un Vuitton, je le revendrais aussitôt pour me faire un petit voyage tiens pourquoi pas, des volontaires?!…

Et franchement je ne me porte pas plus mal.

Pourtant le grand méchant marketing pourrait presque avoir la peau de tout le monde, et si simplement…

Alors sans grande attente mais animée par l’ennui  une fascination curieuse pour l’absurde et le malsain  ce qui, je trouve definit assez bien le monde de la mode et du luxe, j’ai donc visionné 1: Sex and the city – 2: The September Issue ah ben oui c’est du lourd dans le léger, si on peut dire.  J’assume, il n’y a que ça à faire, d’ailleurs!

Et une espèce de nausée m’a envahie.

Je ne sais pas si c’est la pseudo morale « c’est quand même l’amour qui compte et pas le nombre de chaussures de luxes quoique pas sûr parce qu’un dressing plus grand qu’un appart parisien pour stocker toutes les sapes qu’on ne met pas c’est quand même le paradis » pffff…, apprendre que l’on peut effectivement louer des sacs de luxe pour faire illusion? pour oublier qu’on ne peut les payer? pour se fondre dans un monde ultra-superficiel et se croire heureux? aidez-moi je ne sais pas… ou que l’on peut produire un film dans le but quasi unique de faire de la pub, qui fonctionne en plus chez beaucoup trop de gens… Tristesse.

Il y a quand même une chose que j’ai trouvé sympatique facile mais sympatique, Mrs Wintour herself qui explique que ses frères et soeurs – aux métiers humains & sociaux, eux – regardent son travail en le trouvant « amusing » et sa fille qui ne veut pour rien au monde travailler dans la mode car elle le trouve trop absurde et creux.

Finalement, sont-ce uniquement ceux qui en sont le plus proche qui se rendent vraiment compte de l’hérésie et de l’illusion de tout se paraître sans même commencer à aborder le sujet des modèles anorexiques alors que presque tous les autres l’envient et s’y perdent sans même savoir pourquoi?

Prochainement, pour remonter le niveau, nous parlerons d’un humain bien qui vit, projette, inspire, partage et a bien autre chose à faire que de patienter devant les H&M le 14 Novembre…j’dis ça j’dis rien…

%d blogueurs aiment cette page :