Tag Archives: trentaine

hier encore

26 Jan

J’ai eu 30ans.

Même pas mal
 
C’est marrant tous ces gens qui vous regardent inquiets et demandent « Alors, comment tu te sens? » en ayant l’air de s’attendre à ce qu’on fonde en larmes et jure avec nostalgie sur les années passées ou pire perdues…

Comment je me sens? Extrêmement bien merci.

J’ai même répondu à la mère du Berlinois, « oui tout va très bien et puis vous savez, je n’avais rien prévu de faire absolument avant la date fatidique des 30ans, donc pas de stress »
Je me suis vite rendu compte que ça sonnait surtout comme « votre fils a choisi un boulet »  voire « j’ai jamais eu de rêve ou d’ambition » …

Vous aurez compris, lecteurs intelligent, je voulais plutôt dire je n’avais jamais eu de liste ou de vision « trentenaire = poste de cadre, proprio de maison, famille complète etc… »
Non, rien de rien, je ne regrette rien. Ca prend du temps, de faire des études, de voyager, de rencontrer des gens, de choisir la ville où on veux vivre, d’essayer, de se tromper, se retourner, trouver le job qui nous plait etc.
Au bout du compte, j’ai même plutôt vécu et concrétisé plus que je n’aurais pu imaginer et ça c’est plutôt chouette.

(…)

Je me suis demandé si j’allais écrire là dessus à vrai dire. Pas vraiment d’inspiration. Puis par flemme curiosité j’ai cherché des chansons sur le thème, autant vous dire que la plupart sont déprimantes au plus haut point. J’aime même failli m’en retourner au bon vieux Renaud et modifier carrément et bassement sa chanson pour en faire un « J’ai 30 ans et chui bien content« , quoiqu’il y a eu celle d’Yves Duteil…mais Yves Duteil quoi….

Pour la forme, j’ai quand même choisi un paragraphe d’une chanson que je trouve drôle:

j’ai besoin d’être seul
je marche face à l’océan
pour faire le point
au contact des éléments
mais tout ce que j’en conclus
je dois pas être un poète
c’est que ça doit être chiant
très chiant d’être une mouette

bon anniversaire petit trentenaire

 

Sur ce, je m’en remets au vent – et au soleil revenu aujourd’hui!! – jusqu’à samedi, pour fêter ça dignement!

______________________________________________________
PSsst:
Suite à une overdose à ce sujet, je ne voulais plus parler du temps, mais quand même je ne résiste pas, une dernière fois, pour le plaisir:

 

Il n’est jamais trop tard parait-il…

6 Déc

Ces derniers temps, poussée d’oestrogènes ou beaucoup de temps à tuer, je me suis mise de drôles d’idées dans la tête.

Apprendre à cuisiner en approchant la trentaine était déjà – contre toute attente féministe, mais surement aussi nécessaire pour ne pas frôler l’apoplexie ou l’overdose de pain – un bel effort, je trouve, d’autant plus que plutôt positif, oui, je m’auto-congratule…

Il y a peu, j’ai voulu spontanément ajouter à cette première prouesse celle de coudre moi-même une jupe de flamenco. Je n’ai jamais cousu que quelques boutons dans ma vie..pour vous situer…

Après avoir acheté 8 mètres de tissus rouge et appelé belle maman à la rescousse, je n’ai quand même pas eu la prétention de pouvoir faire ça toute seule… J’ai passé 7 heures penchée sur une table à couper 8 trapèzes et 13 grands cercles de tissus rouge et à les pré-assembler..

Résultat: j’ai le dos en miettes, la nuque liquéfiée et de gros doutes quant à ma performance à la répétition de ce soir.

Morale de cette histoire: jouer à la wonderwoman laisse des séquelles….

dis papa, c’est quand qu’on va où?

6 Nov

 

-Qu’est ce que tu vas faire toi?

– je ne sais pas trop, la question c’est plutôt, qu’est-ce qu’on peut faire à l’heure actuelle…non?

Quelques amis ou connaissances, des destins différents, la trentaine, plus ou moins, pas ou plus de but précis, des rêves par dizaines heureusement, juste un peu mis à mal dans le climat ambiant, licenciements économiques à la pelle et crise blah blah, a-t-on vraiment le choix désormais?

Accepter de bosser, surqualifié, dans des call centers minables qui sous payent allègrement? Accepter le chomage? accepter de bosser à tataouine-les-bains alors qu’on a enfin trouvé ‘sa’ ville d’adoption, accepter de s’aliéner 40h par semaine pour pouvoir survivre…

pas glop.

Une pensée toutefois pour nos amis les américains qui ont mérité leur lueur d’espoir

et à la prochaine fois pour une note espérons un peu plus péchue ou au moins pleine d’entrain

%d blogueurs aiment cette page :